Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 07:13

France - Espagne : les éleveurs français se feraient-ils plumer ?

En Aquitaine, l’Association des éleveurs solidaires (Aes) s’insurge des différences de prix des médicaments vétérinaires entre l’Espagne et la France. Elle lutte pour les droits des éleveurs qui traversent la frontière avec des médicaments.

L'écart de compétitivité lié au poste "soin vétérinaire" entre un élevage laitier espagnol et un français serait estimé à plus de 3.000 euros/an pour une production de 300.000 litres de lait. (©TNC)

zoom

 

Le même flacon de Marbocyl® 10 %, un anti-infectieux pour bovins et porcs, coûte 75 € en Espagne, contre 145,01 € de l'autre côté des Pyrénées. Et il ne s'agirait là que d'un exemple parmi tant d'autres. De nombreux produits vendus en Espagne, en Belgique ou en Italie sont strictement identiques à leurs équivalents vendus en France : mêmes molécules, même laboratoire, même posologie, mêmes délais d'attente. Sauf qu'ils n'ont pas l'autorisation de mise sur le marché (Amm) français. « Il n'est pas rare de trouver des produits 20 % à 300 % moins chers en Espagne, voire jusqu'à 1.000 % pour certains médicaments destinés à l'aviculture », affirme Gilbert Sarraille, agriculteur dans les Pyrénées-Atlantiques et président de l'Association des éleveurs solidaires (Aes).

4.000 éleveurs auraient passé la frontière

L'enjeu économique du seul poste "soins aux animaux" est conséquent. Selon une comparaison faite par les Chambres d'agriculture, s'adresser à un vétérinaire espagnol et lui acheter des produits vétérinaires représenteraient une économie d'environ 3.000 €/an pour un élevage produisant 300.000 litres de lait.

Les crises successives de l'élevage auraient provoqué une augmentation exponentielle du nombre d'éleveurs français faisant appel aux vétérinaires espagnols et choisissant d'acheter des produits vétérinaires en Espagne. Aujourd'hui, une quinzaine d'officines vendraient des produits vétérinaires à la frontière espagnole, de Perpignan à Hendaye, jusqu'à Huesca et Barcelone. D'après l'Aes, près de 4.000 éleveurs se seraient déjà rendus en Espagne pour s'approvisionner en médicaments prescrits par des vétérinaires espagnols.

Contrebande et importation illicite

Le débat ne date pas d'hier, et les procédures judiciaires se sont multipliées ces dernières années. L'Association des éleveurs solidaires (Aes) a été créée en 2005 pour défendre le vétérinaire espagnol Pantxi Erneta Azanza, qui exercait sur les territoires des Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Aujourd'hui, il a été exclu de l'Ordre des vétérinaires français, interdit d'exercer en France, et a été mis en cause par le Tribunal correctionnel de Bayonne en 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by SJDP
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de SJDP
  • Le blog de SJDP
  • : Actualités locales cantonales etnationales Revue de presse Evements Pont St Esprit Canton france
  • Contact

Recherche